Centre de culture contemporaine — Montpellier

Le projet

A PARTIR DE JANVIER 2017 - Le projet artistique et culturel sera développé par Nicolas Bourriaud, directeur de La Panacée

ARCHIVES PROJET JUIN 2013 > DECEMBRE 2016 - Direction : Franck Bauchard

Ce centre de culture contemporaine est un lieu de rencontres, d’échanges et de métissages entre différentes disciplines artistiques.

La Panacée propose, à tous les publics, d’expérimenter une relation renouvelée à l’art. Entre spectateur et acteur, chacun peut interroger représentations et pratiques comme l’invite à le faire la création artistique contemporaine.

Ce centre d’art de Montpellier s’inscrit dans la filiation des grands centres d’art créés en Europe ces dix dernières années comme le CCCB à Barcelone, Marres à Maastricht, Garage à Moscou ou Strozzina à Florence. Ces centres se reconnaissent sous cette notion de culture contemporaine, pour défendre une approche thématisée par rapport à des enjeux de société et pour décloisonner les publics de l’art.

 

Les missions de La Panacée :

Encourager la création contemporaine dans les champs des arts visuels, des nouvelles écritures et du numérique,
Favoriser la recherche artistique et l’expérimentation en accueillant en résidence des auteurs, artistes, chercheurs en art et commissaires,
Créer un espace de pratiques artistiques, de rencontres et d’échanges ouvert à tous les publics,
Expérimenter de nouvelles modalités de relation auprès de différents publics,
Accompagner la scène artistique de Montpellier pour la faire mieux connaître sur son territoire et pour favoriser son inscription dans des réseaux nationaux et internationaux.
Créer des ressources. Un fonds documentaire sera complété au fur et à mesure de la mise en œuvre du projet par des enregistrements, captations, films créant ainsi une mémoire du projet qui constituera un appui aux actions de médiation.
Organiser et produire des expositions thématiques, collectives et monographiques et une programmation événementielle : cycles de projection (vidéo, cinéma. ), conférences, performances.

 

De nouvelles pratiques : interactions multiples et mutations

La Panacée va privilégier le travail autour de trois grandes disciplines et de leurs interactions :

  • Arts visuels : photographie, art vidéo, arts plastiques, cinéma, design, BD, graphisme…
  • Numérique : techniques de communication numérique, réseaux sociaux, blogs…
  • Nouvelles écritures : twitter, blog, SMS, facebook…) . 

Elle se propose donc d’explorer et de présenter les recherches artistiques qui ont en commun d’interroger nos perceptions d’un monde en mutation :

  • Les environnements technologiques et la manière dont elles transforment les pratiques artistiques et nos manières de percevoir et de penser.
  • Les mutations des matérialités de l’écrit. L’enjeu est d’accompagner des projets d’écriture sur les nouveaux supports de l’écrit favorisant le croisement entre auteurs et artistes de différentes disciplines.
  • L’interrogation du système des arts. Dans le cadre des expositions monographiques ou collectives, La Panacée fera appel à des artistes et commissaires français et étrangers qui interrogent de manière critique le système des arts : notion d’auteur et de propriété, notion d’exposition et de visite…
  • L’ouverture à des scènes artistiques d’ailleurs, en pleine effervescence, pour créer sur une base de coopération décentralisée des liens entre artistes étrangers et artistes du territoire.  

 

Extrait du projet de Franck Bauchard, directeur artistique de La Panacée

« Le contexte artistique et culturel nous incite à inventer de nouveaux accès à l’art, à envisager une approche plus ouverte aux transformations et aux débats.
Un lieu de l’art contemporain peut aussi être imaginé comme un environnement multisensoriel et un laboratoire, une interface et un lieu de vie, un white cube et une boîte noire, une école ou un média en réseau.

C’est ainsi que nous imaginons La Panacée, comme un lieu pluriel et flexible, susceptible de se réinventer en fonction des évènements présentés, pour étonner, provoquer, interpeller, mais aussi informer le public sur les mutations de l’art comme sur sa relation à l’art. Un lieu qui ne s’adapte pas seulement aux mutations artistiques et culturelles, mais qui ouvre de nouveaux champs d’exploration et d’action pour des artistes, des chercheurs, des visiteurs.
Un lieu qui expose, interroge et met en discussion les mutations des arts et de la culture, non seulement pour mieux saisir l’évolution des pratiques artistiques mais pour percevoir et questionner autrement le monde. »