Centre de culture contemporaine — Montpellier

Exposition

Dernières nouvelles de l'Éther

07/02/14 - 22/06/14
« Dernières nouvelles de l’Éther » est la deuxième séquence de la saison intitulée « Vous avez un message ».

L’Éther fut au cœur des développements de la science et des technologies au XIXe siècle et au début du XXe. Cette substance, primordiale et invisible, était censée permettre la propagation d’un ensemble d’ondes lumineuses, sonores et électromagnétiques. Des expériences mirent à jour l’existence de phénomènes ondulatoires jusqu’alors imperceptibles, qui eurent pour effet d’accompagner l’émergence des médias modernes et d’alimenter l’espoir qu’on parviendrait à transmettre la pensée de manière immédiate.

La découverte d’une réalité invisible crée des préoccupations communes entre scientifiques et recherches occultistes largement explorées à l’époque par l’École de Médecine de Montpellier. C’est au croisement de l’esprit scientifique et de l’occulte que l’Éther et l’éléctromagnétisme allaient avoir un impact décisif sur les débuts de la Modernité artistique. En faisant un usage mystérieux des théories de l’électromagnétisme, certains artistes, designers ou architectes ont imaginé un principe de langage universel entre les arts. D’autres, au contraire, ont déconstruit ces fantasmes de transparence de la pensée. Depuis les années 1960, le processus de dématérialisation de l’œuvre d’art a réactualisé ces oppositions à un moment décisif du dé- ploiement de la cybernétique, des théories de l’information et des algorithmes.

« Dernières nouvelles de l’Éther » interroge cette notion énigmatique pour évaluer les effets complexes de ces ondes sur la « société électromagnétique globale », dans laquelle nous vivons désormais. À la frontière de la science, de la technologie et de l’imaginaire, l’Éther n’est plus un domaine inconnu se prêtant à des spéculations métaphysiques, mais un environnement invisible et paramétré dans lequel l’activité humaine se développe.

Les environnements électromagnétiques sont à l’origine d’un déploiement phénoménal de possibilités, qui ne cessent de poser de nouvelles questions. L’accélération des transactions économiques et des flux d’information, le bouleversement des pratiques relationnelles, l’émergence d’une culture numérique, multiplient les ambivalences : les fantasmes de toute puissance, de transparence, de richesse, d’émancipation et de liberté sont indissociables des anxiétés suscitées par les phénomènes d’intrusion, de dispersion, d’espionnage, de virus informatiques et d’autres menaces souvent invisibles. Les œuvres présentées dans cette exposition participent aux débats critiques nés de ces bouleversements.

Franck Bauchard & Sébastien Pluot
Commissaires de l’exposition