Centre de culture contemporaine — Montpellier
image Santo Tolone
Rondò, 2013

Artiste

Santo Tolone

Né en 1979 à Côme, Italie

Les travaux de Santo Tolone sont réalisés à la main à l’aide de techniques ancestrales. Entre marqueterie de cuivre sur bois et broderie, les œuvres qu’il expose à La Panacée pourraient appartenir à une autre époque. Si elles avaient été réalisées par des femmes dans les années 1970 aux Etats-Unis, elles auraient été rangées dans la catégorie du premier féminisme, celui qui réservait aux femmes certains média considérés comme plus doux et propices à une production domestique. Pourtant, c’est un homme qui les a produites au XXIe siècle ; leur signification ne saurait être la même. L’artiste justifie toujours ses compositions : nature-morte utilisant des broderies de poches arrières de pantalon dans un cas, sculptures décontextualisées de ronds-points dans l’autre. Les retombées de l’art conceptuel et de l’enseignement des écoles d’art se font sentir dans ses explications. Pourtant, une pure poésie de la forme émerge des œuvres de Santo Tolone ; une poésie proche de certains artistes italiens de la seconde moitié du XXe siècle comme Rodolfo Arico (1930–2002). Au-delà des justifications et du lyrisme, pointe surtout un amour de l’artisanal et des traditions italiennes vernaculaires. En effet, Santo Tolone travaille dans un ancien atelier autour du lac de Côme, et se situe dans la lignée des savoir-faire de cette région. 

Charlotte Cosson & Emmanuelle Luciani